16 juin 2017

La grande Armée des Députés

EMMANUEL BONAPARTE   Napoléon ne s'en remettait pas au rationalisme pur pour piloter ses armées. Quand on lui faisait valoir les mérites d'un officier, il s'enquerrait aussi de la bonne étoile de l'intéressé… «Fort bien, mais a-t-il de la chance?» Signe aussi que l'Empereur ne s'en remettait pas au seul rationalisme, c’est qu’il y rajoutait le maniement des hommes. L'état-major du grand capitaine était un subtil assemblage de soldats réunis par la bravoure mais de sens ­tactique souvent limité et qui se jalousaient... [Lire la suite]