PEAavril

L’APRES CONFINEMENT COVID

 

CHACUN SA …DETTE

 

L’Union européenne montre, avec une constance malheureuse, son incapacité à réagir rapidement et d’une même voix dans la difficulté. Après 2008, puis la crise de la dette grecque, les phénomènes récessifs n’ont jamais pu aboutir à un début de commencement de mutualisation de dettes : Ni “coronabonds” ou “eurobonds”ou autre Euro – obligations non plus à l’issue des rencontres européennes des ministres de l’économie des pays membres de cette semaine !

Seule une réponse de court-moyen terme de l’ordre de 250 milliards d’euros de prêts garantis par le fonds de secours de la zone euro sera ouverte aux entreprises et au soutien du chômage partiel.

Pour le reste, chacun vivra sa dette et sa politique de relance à sa porte. Pour La France, nous en sommes à 2500 milliards de dettes, soit plus de 100% du P.I.B. heureux et utopique d’avant la pandémie ; on n'est plus à 100 milliards près tels que vient de l'annoncer notre Ministre de l'Economie ; les P.I.B à venir vont être moins glorieux et sans doute plus dangereux pour notre stabilité budgétaire : l’Allemagne seule ne pourra plus être l’arbre valeureux qui cache la forêt des souffreteux.

LA RELANCE ECONOMIQUE COMMUNE RESTE UN DOUX RÊVE, DOMMAGE !