PEANOV

Association  Le Périgord en Action

                                                                                                                     RNA :w244003111

 

Notre projet : Comprendre-Expliquer-Construire

 

 

 

                                     Info novembre 2018

 

En réalité, nous sommes à mi-mandat dans le quinquennat d’E.Macron

 

Même si le calendrier indique le temps déjà écoulé depuis son début -520 jours…

Même si les quelques 1300 jours restants capitalisent tous les espoirs et toutes les attentes dans l’adaptation de notre pays au reste du monde…nous assistons bien au virage du quinquennat avec un PLF  (projet de loi de finances) pour 2019 qui à défaut d’être stratégique en préfigure déjà la fin.

En effet, le prochain budget qui sera voté en novembre 2019 pour exécution en 2020 ne pourra pas à lui tout seul contenir toutes les décisions de remise en ordre des dépenses publiques, d’autant moins qu’il s’agit d’une année électorale (élections municipales) particulièrement attendue dans le mouvement macronien.

Quant à celui exécuté en 2021, il ne pourra pas faire moins que de préparer les élections présidentielles de 2022.

Qu’étions-nous en droit d’attendre pour l’année qui vient ?

En phase avec le programme présidentiel, le Parlement aurait du agir pour tangenter les dépenses publiques à 50%du PIB, soit 1200 milliards d’euros. Il ne le fait pas et confirme une forme d’immobilisme dans l’appréhension des déficits chroniques de la France autour de 40 milliards cumulatifs.

Dans le programme d’E.Macron (p : 30)… « Il n’y a pas de politique qui vaille sans responsabilité budgétaire et responsabilité des Ministres ».

Rien que pour cette raison, le Président E.Macron aurait du ou devrait changer son équipe gouvernementale à commencer par le premier ministre.

 

Nous sommes aussi à 180 jours de l’élection des députés européens

 

Et  nous sommes encore dans le flou sur la ligne programmatique des « candidats marcheurs »

-définir les domaines de souveraineté européenne transférés d’un Etat –nation ?

-définir un avenir pour l’Europe basé sur une relance des investissements majeurs dans le numérique, l’énergie, la formation, la recherche…un Ministre des finances de la zone Euro sera-t-il le premier responsable européen responsable devant son Parlement de la zone Euro ?

-définir cette fameuse feuille de route du qui fait quoi, à quel rythme pour redynamiser l’Union Européenne tant décriée et pourtant si nécessaire pour assurer les grandes régulations avec le reste du monde et singulièrement l’immigration.

 

-dans le couple Franco-allemand E.Macron trouve en face de lui une Chancelière allemande affaiblie par l’érosion de sa majorité gouvernementale ;mais n’est-il pas lui-même affaibli, engagé qu’il est  auprès de l'Allemagne pour tenir une certaine crédibilité budgétaire devenue aujourd’hui plus qu’aléatoire .Que deviennent les projets communs du couple en matière d'avancées institutionnelles dans la zone euro, comme la création d'un ministre des Finances commun par exemple ou la relance d’une défense commune. Que devient l’idée d’une constitution simplifiée pour énoncer simplement les grands principes de l’UE, les droits fondamentaux des Européens et un fonctionnement plus démocratique des institutions communautaires… ??

 

 

Gare à une nouvelle fracture sociale

 

Gilets jaunes, gare à la baisse progressive et continue du pouvoir d’achat :

Les annonces et les éléments de langage des représentants gouvernementaux indiquent que la majorité des ménages dits de classe moyenne vont  grappiller un peu de pouvoir d’achat avec la baisse des cotisations salariales et la suppression d’un tiers de la taxe d’habitation. Mais  pour y gagner vraiment, il ne faut ni fumer, ni se chauffer au gaz, ni rouler au gazole, ni être retraité. Cela réduit considérablement les possibilités d’un réel gain progressif et continu du pouvoir d’achat.

Gilets jaunes, gare aux mauvaises surprises :

Notre économie est en stagnation, le chômage est toujours là, les recettes fiscales sont en baisse. Comme E.Macron ne veut pas toucher à la TVA et ne baisse pas la dépense publique, je crains que la CSG n’augmente encore dans le futur, pour financer par exemple une partie de la réforme de l’assurance chômage ou la réforme sur la dépendance…

Gilets jaunes, gare à  la Taxe Carbone :

Elle s’inscrit dans le cadre des mesures destinées à lutter contre le réchauffement climatique en réduisant les émissions de CO2, gaz à effet de serre. Elle sanctionne financièrement ces émissions, sur le principe du pollueur-payeur. Elle incite donc les producteurs à moins produire et les consommateurs à moins consommer…La raréfaction des produits et la diminution de l’assiette de la taxe font que, à rentrée fiscale équivalente, le montant de la Taxe Carbone  ne pourra qu’augmenter …dans l’utopie jusqu’à éradiquer l’émission de CO2  et jusqu’à créer une équivalence de taxe sur les énergies et produits de substitution !

Ainsi expliqué, on n'en serait peut-être pas là, à craindre qu'un mouvement spontané ne bloque la France. Peut-être aussi que le chèque énergie,  seule véritable mesure d'accompagnement à court terme pourrait dépasser le domaine du chauffage pour concerner toute  la composante conversion, y compris la mobilité : un rattrapage du pouvoir d’achat perdu et une solidarité des territoires, en somme.

Gilets jaunes, gare à une nouvelle fracture sociale :

L’incompréhension de la part des citoyens sur la fiscalité écologique, son fonctionnement, et son intérêt dérive vers une fracture diffuse mais croissante entre la France aisée et urbaine et celle de la périphérie. Une fracture qui alimente les populismes, et pas seulement en France. En Suède, en Italie , d’autres pays , le consensus très large sur la taxe carbone a été ébranlé par la montée des partis d'extrême droite. Le risque existe aussi chez nous de voir la question du changement climatique devenir un nouveau facteur de clivage au sein de la société française et précisément au sein de la classe politique comme cela est devenu le cas aux Etats Unis. Voulons-nous une blonde à la place du blond D.Trump !

Avec novembre et le refroidissement politique, c’est bien l’expression de GARDER LE CAP qu’il convient inlassablement de se répéter

…Retrouver notre esprit de conquête pour bâtir UNE  FRANCE  NOUVELLE dans une EUROPE NOUVELLE avec un Président qui se RESSAISIT.

…Attendons que toutes les feuilles d'impôts ou autres soient tombées;attendons que tous les gilets jaunes soient rentrés en restant optimistes sur la vision partagée d’une France unie pour mettre en œuvre les réformes .

A bientôt, en décembre, pour en reparler.                                            

                                                                                                                           Jacques Morand