PEAmoisjuin2018

Association  Le Périgord en Action

                                                                                                                     RNA :w244003111

 

Notre projet : Comprendre-Expliquer-Construire

 

 

Info mai/juin 2018

 

I – Retour d’un séjour en Corse

Chose promise, chose due : je salue ici le Président des Jeunes Agriculteurs de la Corse,Jean Christophe ARII que j’ai rencontré dans son fief d’U Palazzu à  Ste Lucie de Tallano, fier de son huile d’olive (pressée à l’ancienne pour partie). Avec mon accent périgourdin ,dès qu’on a parlé des CUMA et de la FDSEA 24,il a vite compris que son collègue Pierre Henri CHANQUOI ,Président des JA 24 cherchait lui aussi des voies nouvelles ,sans doute moins médiatiques mais aussi efficaces pour apporter à son groupe des solutions innovantes aux jeunes exploitants, dont l’amélioration de l’environnement dans une agriculture raisonnée.

Justement, Nicolas Hulot était en Corse ce 28 mai pour appeler chacun à y contribuer à son niveau. Consommateurs, Distributeurs, Producteurs tous concernés par les états généraux de l'alimentation doivent mette en place les règles d’achat des bons produits de nos territoires à des prix convenables. Emile Zuccarelli, ancien Député Maire de Bastia, et Radical actif participait à cette concertation pour l’île.

Ne  parlez pas d’huile de palme importée aux uns ou aux autres de ces adeptes de l’écologie.Il en va ainsi des contradictions du gouvernement qui incite les agriculteurs français à monter en gamme tout en concluant des accords de commerce international générateurs de distorsions de concurrence pour des produits qui ne respectent en rien les normes françaises et européennes.

Bien différente a été la visite du 4 juin de Bruno Le Maire, plus politique et s’inscrivant dans la ligne des précédentes- de Jacqueline Gourault  Modem(février) et  d’un autre Radical Jacques Mézard (avril).Tous les trois debout sur le frein pour canaliser les ardeurs autonomistes des exécutifs insulaires ,prêts à dégainer à la première occasion - qui sur la réforme constitutionnelle et l’inscription de la Corse en tant que telle-qui sur la surenchère des besoins en dotations spécifiques pour la continuité territoriale…Bruno Le Maire tend la main  « Mais les choses doivent être claires entre nous, dit-il , si je tends la main ce n'est pas pour me la faire mordre » !

 

II- Trous d’airs printaniers

Il ne s’agit pas des trombes d’eau qui nous tombent dessus, ni du moral des Français assombri par les grèves mais bien des concordances des prévisionnistes économiques qui décrivent une stagnation dans la création d’emplois et une poursuite dans la dégradation des revenus. Les services non marchands et l’industrie voient leurs effectifs stagner au 1er trimestre : l’intérim, la construction, l’agriculture montés dans le  vert peinent désormais à compenser le processus de destruction entamé depuis 20 ans : le milieu industriel a détruit près d’un million d’emplois depuis début 2000.

Comment dans ces conditions annoncer des mesures sociales :

-La solution n’est pas de dépenser toujours plus d’argent, il faut sortir de la logique de guichet pour une logique d’accompagnement-dixit E.Macron.Pour le coup on joue à guichets fermés : que ce soit pour le plan BOLOO, remisé aux oubliettes ou pour la refonte des aides sociales,rsa,grande pauvreté ,logement, santé, on fait avec ce qu’on a en espérant que les mesures économiques déjà prises(éducation primaire, lycées, formation professionnelle continue) finiront par justifier la vision sociale présidentielle. Il s’agit de permettre à tous de poursuivre son propre chemin, à chacun de se réaliser, de mener à bien son projet de vie, de trouver dans la société la place qu’il souhaite ou la place qui reste…pour l’instant, il en manque cruellement.

 

III - Européennes 2019 et municipales en 2020

 

Ca bouillonne et ça mijote déjà dans les Q.G. des partis politiques ; ça dégaine et ça flingue même à l’intérieur des partis, dits alliés –LR et UDI/AGIR, LAREM/MODEM…il va devenir urgent à ce que tout ce petit monde définisse une ligne claire pour aborder les Européennes de 2019, et plus encore les municipales de 2020. C’est que dans les rangs des marcheurs mais aussi de l’allié Modem, on a pas l’intention de se faire voler les victoires précédentes au motif que le Président E.Macron aurait largement ouvert à droite ,position entretenue et fortifiée par son premier ministre.

François Bayrou est sorti du bois en déplorant que le délégué général de LREM Christophe Castaner ait laissé entendre que son parti pourrait soutenir en 2020 des listes conduites par des maires sortants LR …On n’est pas là dans une démarche de renouvellement de la vie politique au sens propre du terme, dit-il, on est dans une démarche d’accommodement avec ceux qui sont en place. Ce n’est pas la stratégie que j’aurais choisie vis-à-vis des maires LR ou PS, qui n’étaient pas avec nous au moment de l’élection présidentielle.

La réponse de l’entourage de Castaner laisse donc filtrer les grandes lignes d’une stratégie d’alliance aux municipales ; laquelle devrait être formalisée dans les prochains jours. Un maire sortant PS ou LR qui souhaiterait le soutien du parti macroniste aux municipales devrait au préalable souscrire à trois exigences: s’engager sur une charte de valeur, s’engager à œuvrer pour la réussite du quinquennat et surtout s’engager à soutenir la liste LREM-Modem aux élections européennes…

Castaner prêt à s’entendre, oui, mais avec ceux qui voudront bien se mouiller dans le Rubicon centriste. Pour certains, le choix sera « cornélien » même si aucune obligation ne leur sera faite de quitter leur écurie d’origine. Pensez – donc !s’ils s’engagent à soutenir une liste LREM aux Européennes, leurs instances réciproques LR ou PS n’auront pas vraiment d’autres choix que de les marginaliser. 

Beaucoup de choses restent néanmoins à caler pour le scrutin européen de 2019, en particulier le choix des personnalités têtes de liste «société civile ou milieu politique » et le choix du groupe politique au sein de l’Assemblée Européenne dans lequel siègeront les Députés issus de ces listes d’alliance nationale d’un nouveau type(PPE ou ALDE)

 

 

V – C’est la fin de l’épisode des grèves…Air France, Sncf

Et Bruno Lemaire, notre Ministre de l’économie, devant un front social plus serein reprend dialogue et concertation pour délimiter le périmètre d’atterrissage de ses quelque 10 milliards d’Euros du plan PACTE (plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises).Ce pactole sera issu principalement des cessions de participations de l’Etat.

ADP (Aéroport de Paris) est concerné en priorité pour 9 milliards. Il est effectivement plus aisé de parler les poches pleines :

Le premier objectif de cette réforme est d'encourager la création d'entreprises, en simplifiant notamment les démarches administratives. Dont

-        la création d'une plateforme unique, qui devrait remplacer d'ici 2021 les différents systèmes administratifs actuellement en vigueur,

-        la suppression du stage de préparation à l’installation, obligatoire jusqu'à présent pour toute création d'entreprise : créer une entreprise artisanale coûte en moyenne aujourd’hui 1000€ et prend un mois, demain, ce sera 250€ et une semaine.

-        la suppression du seuil de 20 salariés donc des obligations sociales et fiscales qui y sont liées(aide au logement, heures sup.), à l'exception de celles liées à l'emploi de personnes en situation de handicap.

De même, les PME devront avoir franchi pendant cinq années consécutives le seuil de 10 ou 50 pour se voir imposer les obligations sociales et fiscales qui y sont liées.

L’autre objectif concerne l’extension de la prime d'intéressement /participation qui pourrait bénéficier à deux fois plus de salariés. L’élément déclencheur passerait par la suppression du forfait social sur l'intéressement pour toutes les entreprises de 0 à 250 salariés et sur le seuil des 50 salariés pour la participation. Actuellement, les 20 % de forfait social semblent trop élevés : reste à bien verrouiller la loi pour que ces sommes passent de la poche de l’Etat dans celle des salariés sans trop de « ruissellement » dans celle des employeurs.

Ce plan veut enfin aussi revaloriser fiscalement l’épargne- retraite : aujourd'hui boudée par les Français au profit du livret A (200 milliards d'euros d'encours pour Perco, Contrat Madelin, Article 83…( pour les non initiés, il s’agit d’un contrat d'assurance vie collectif  de retraite par capitalisation, tel qu'il est défini dans l'article 83 du Code général des impôts. D'où son nom), contre près de 2100 milliards pour le livret A et l'assurance.

Pour encourager les Français à se tourner vers cette épargne retraite, le gouvernement envisage  la portabilité d’un nouveau contrat en cas de changement d'entreprise ou de métier, la systématisation de l'option de réversion en cas du décès du conjoint, enfin, chacun sera libre de pouvoir sortir librement le fruit de son épargne volontaire, mais aussi de l'intéressement et de la participation, soit en capital soit en rente.

Autre argument de poids en ces temps de déclaration de revenus: la déduction fiscale accordée en cas de versement sur un plan épargne retraite : si vous versez 1000 € sur votre compte épargne retraite, quel qu'il soit, vous pourrez déduire ce montant de votre revenu imposable. Cette déduction se fera dans la limite des plafonds existants.

 

IV – Frivolités historiques pour se détendre :

 

Macron ou Turgot ?

A l’occasion de lectures grivoises et laissant aller mon penchant pour l’histoire, je me suis fait rattraper par d’étranges coïncidences dans les tentatives successives de réformes sociétales profondes et ce dès le règne de Louis XVI.

Sous Louis XVI, une grave crise financière couve. Le budget de l'État est en déficit constant depuis des décennies ; les dettes sont considérables. De plus, à partir de 1778, la France apporte un soutien militaire renforcé aux colons britanniques d'Amérique en révolte contre le Royaume-Uni, ce qui aggrave d’autant les difficultés budgétaires. Pour renflouer le trésor public, les impôts doivent être réformés. Plusieurs ministres dont le plus connu, Turgot sont mis à contribution pour tenter ces réformes. Il s'agit de faire payer des impôts royaux à tous les Français en élargissant l’assiette des prélèvements aux strates productives de la société. Mais à chaque fois, l’opposition des privilégiés (la Cour, la noblesse et les parlements ) ralentissent ou édulcorent les réformes. La situation progressivement se bloque et le roi se voit contraint de convoquer les Etats Généraux pour mai 1789. Cette décision déclenche sans doute le début de la Révolution Française.

Alors, qu’a fait Turgot ?

Nommé ministre (Contrôleur) des finances en 1774, Turgot tente de faire face au déficit du budget de l'État. Il refuse l'augmentation des impôts et le recours à l'emprunt. Il pense que les économies sur le train de vie de l'État et des mesures visant à augmenter la richesse produite en France devraient permettre de résoudre les difficultés. Il réduit les dépenses de l'État en supprimant des"offices" inutiles et en rognant sur les dépenses de la Cour.

Pour libérer l'initiative économique, il décrète la libre circulation des grains (céréales) d'une province à l'autre en supprimant les douanes intérieures et favorise l’usage des lignes commerciales vers les Pays voisins, véritable vision pré-européenne du commerce. Il espère ainsi que les producteurs encouragés par l'ouverture de nouveaux marchés vont produire plus. Malheureusement, de mauvaises récoltes, la spéculation et la mauvaise volonté de l'administration royale  provoquent une hausse du prix du blé et déclenchent la guerre des farines.

Il supprime également les corporations. Pour les « spécialistes » de l'époque (les Économistes) les corporations, avec leur organisation et leurs règlements de production, étaient des freins à l'innovation techniques et à ses applications, mais aussi un frein à la création de nouvelles entreprises artisanales et industrielles (les manufactures). En 1776, il décide la fin de la corvée royale pesant uniquement sur les paysans et son remplacement par un impôt frappant tous les propriétaires, etc.… !

Au moment où notre Président se Royalise et quitte progressivement son habit de Turgot contre une garde robe  Louis XVI, il ne faudrait pas que le vent de l’histoire nous ramène le Docteur Guillotin.

 

 

Avec juin, c’est bien l’expression de GARDER LE CAP qui convient encore

……… pour bâtir UNE  FRANCE  NOUVELLE

 

Restons optimistes sur la vision partagée d’une France unie pour mettre en œuvre les réformes et en tirer collectivement bénéfice, telle l’équipe de France des Bleus du foot prête à jouer sa place parmi les meilleures Nations du Monde

A bientôt, en juillet, pour en reparler.                                              

                                                                                                                           Jacques Morand

 

 Puisque vous en êtes arrivés là dans votre lecture…

  Vous pouvez revoir

- Toutes les infos mensuelles depuis janvier 2018

-  Le Compte Rendu de l’Assemblée Générale 2017

Sur www.jacquesmorand.fr

Rubrique Le Périgord en Action

 

  Vous pouvez penser à adhérer et faire adhérer -10 Euros

Chèque bancaire uniquement à l’ordre de l’Association Le Périgord En Action

Adresse :Les Lavandes De Crabidou 24220 Castels et Bézenac

 

Ce message, ainsi que les pièces jointes, sont établis, sous la 
seule responsabilité de l'expéditeur, à l'intention exclusive 
de ses destinataires ; ils peuvent contenir des informations 
confidentielles. Toute publication, utilisation ou diffusion 
doit être autorisée préalablement.