PEAmoismai

Association  Le Périgord en Action

                                                                                                                     RNA :w244003111

 

Notre projet : Comprendre-Expliquer-Construire

 

 

Info avril /mai 2018

 

A l’ombre des slogans de mai 1968

 

« …Cours camarade, le vieux monde est derrière toi »

 

 

 

PLAN BOORLO 

« …Soyez réalistes, demandez l’impossible »

 

Jean-Louis Borloo veut vivre en grand la République pour réinvestir les parcelles du territoire national en souffrance –quartiers urbains- banlieues-espace rural.

Mais choisir, c’est déjà renoncer !

Education 

-Une « académie des leaders » pour ne plus "passer à côté" de certains talents : sélection par concours ouvert à 500 jeunes des quartiers prioritaires dans un premier temps.

-Des «  cités éducatives »regroupant tous les acteurs de l’éducation des enfants" ; priorités : la lutte contre l'illettrisme.

-Des établissements rénovés -300 collèges et 100 écoles dans les cinq ans-, avec des primes ou des avantages pour les professeurs.

-Des petits déjeuners et cantines gratuits en REP et REP+ et plus de voyages de classe au cours de la scolarité.

Action sociale 

-Un statut revalorisé en catégorie A pour les 35 000 professionnels de l’action sociale dans les quartiers prioritaires.

- Un choc de simplification" pour les associations : supprimer la mécanique du financement au projet pour permettre aux acteurs sociaux (le centre social, le club de prévention, le centre de santé…) de consacrer leur énergie à leur métier".

-Une insertion par le sport : création de  5 000 postes dans les clubs et les associations.

Numérique

-Deux cents "campus numériques". Cours, formations professionnelles, aides au permis de conduire, culture, emploi, accompagnement à l'utilisation des sites web des administrations pour les personnes peu habituées au numérique.

Mixité femmes-hommes

-Des « maisons Marianne » pour ne pas laisser prospérer les idées d'inégalité des sexes et de séparation des genres dans l'espace public, comme un nouvel apartheid : 216 maisons Marianne situées au bas des immeubles, dotées de 10 000 euros par an pour accueillir des associations qui promeuvent l’égalité et qui accompagnent les femmes dans l’insertion professionnelle.

- Au moins 30 000 places en crèche, 6 000 postes d’adultes-relais, dont 4 500 pourvus par des femmes. Ces contrats d'insertion sont réservés aux plus de 30 ans et concernent des missions de médiation sociale ou culturelle de proximité.

Sécurité

-Des policiers plus expérimentés et mieux rémunérés pour démanteler certaines bandes utilisant les quartiers comme base arrière, les marchands de sommeil et toute la petite délinquance qui agit par intimidation.

- 500 « correspondants de nuit » en contrat adulte-relais pour mailler ces territoires et retrouver la tranquillité publique, en lien avec la police.

Rénovation urbaine

-Une fondation pour le logement dotée de manière irréversible des fonds et des actifs d’Action logement ,nouveau nom du 1% logement qui collecte auprès des entreprises environ 1,7 milliard d'euros par an. Un moyen de mobiliser rapidement des financements et de venir en aide aux bailleurs sociaux en difficulté.

-Un fonds d'urgence de 500 millions annuels pour les 60 communes les plus pauvres, soit une augmentation de  leur budget de 2% par an.

-Un fonds de garantie en sécurisation des dotations de l’Etat de 5 milliards d'euros provenant de la cession des participations de l’Etat en 2018 (10 milliards annoncés)et  abondé du montant de la TVA généré par le redémarrage du plan de rénovation urbaine déjà financé .

 

E.MACRON CHEZ D.TRUMP

« …pas de liberté aux ennemies de la liberté »

 

Belle tentative du Président pour « faire pivoter le business model politique américain »

Raté ! D.Trump s’exclut de l’accord nucléaire iranien.

Face à D.Trump et autour d’E.Macron, il aurait fallut  impérativement s'appuyer sur une Entente européenne forte pour contrer la volonté politique unilatéraliste et la raison d’être du Président des Etats Unis. Résultats, une déstabilisation accrue du petit monde européen : pourquoi rester dans une Europe qui ne sait pas où elle va ?

La tension monte entre l'Iran et Israël. Paris, Berlin et Moscou ne peuvent qu’appeler les deux parties à la désescalade et rechercher des solutions diplomatiques plus qu’aléatoires. Le conflit peut donc dégénérer même si l'accord de Vienne est maintenu. Ce n'est pas parce que les États-Unis s'en retirent qu'il est caduc. Les autres signataires –Chine, Russie, et prioritairement l’Iran vont devoir réaffirmer  leur volonté d'y rester et trouver, au-delà de la question nucléaire avec l’Iran, un cadre d'ensemble pour gérer les sujets de crise qui s'annoncent :

Les missiles de longue portée, la tentation hégémonique iranienne dans la zone et l'avenir de l'accord nucléaire après 2025 méritent un nouvel accord-cadre. Le président Trump ne l'exclut pas et met cette renégociation sous contraintes économiques fortes, y compris pour nous Européens. A cette heure les négociations sont bloquées. Les Russes n'avancent pas et les Européens se cherchent au travers d’une nouvelle autonomie stratégique pour retrouver une dynamique collective. Il n'y a pas de plan B. Le plan B, c'est la guerre.

L’annonce des sanctions économiques américaines  ne va pas y aider. Les Européens n'ont pas à payer pour le retrait d'un accord par les États-Unis, auxquels ils avaient eux-mêmes contribué. Entre eux, les Européens, vont devoir mettre en place les mesures nécessaires pour protéger les intérêts de leurs entreprises et entamer des négociations avec Washington sur ce sujet.

Voilà pourquoi le prix du pétrole ne va pas cesser d’augmenter.

 

 

 

GREVE A LA SNCF

« …élections, piège à cons »

Avions au sol et trains en l’air

- Lancement d'une "vot'action" et appel à une "journée sans cheminots": les syndicats de la SNCF mobilisés contre la réforme ferroviaire entendent "frapper un grand coup"  pour  raviver la flamme d'une mobilisation qui faiblit, tout en affichant leur "solide" unité.  

Avec cette consultation les cheminots vont nous dire  s'ils sont "pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement - ouverture à la concurrence, fin de l'embauche au statut et transformation de la SNCF en société anonyme.

Chaque agent en activité est appelé à donner son avis : pour le patron de la SNCF Guillaume Pepy, contrairement à son collègue d’Air  France, Jean Marc Janaillac ce type de "vot'action" n'a "aucune" légitimité. Sur la réforme ferroviaire, "personne ne peut confisquer le débat et le vote au Parlement".

Cette consultation n'est pas seulement un vote, mais "une modalité d'action" nouvelle pour "entrer en contact avec les 147.000 cheminots", dixit les syndicats.

Chez Air France, le référendum à l'initiative de la direction, qui a coûté son poste au PDG, a rassemblé 80,33% des salariés. 

- "Objectif zéro train" -

Alors qu’on atteint la neuvième séquence de deux jours de grève sur cinq, les syndicats appellent aussi à un nouveau temps fort temps fort "objectif zéro train".

Les Français usagers ont déjà fait leur deuil des rares trains programmés et se replient sur les moyens parallèles, bus et covoiturage. Les gares deviennent désertes. C’est bien les pilotes et les personnels nécessaires à la circulation des trains qui tiennent la grève. Plus d'un conducteur sur deux (53%), plus de quatre contrôleurs sur dix (45,5%), et 20,9% des aiguilleurs veulent défendre leurs projets d'amendements à la réforme : in fine faudra bien que ça bouge.

 

ANNIVERSAIRE DE MAI 1968

« …Révolutions, il y a ceux qui les font et ceux qui en profitent »

 

« …il est interdit d’interdire »

Les Etudiants ,salariés , ouvriers , tous ceux qui de près ou de loin ont vécu cette période étaient loin de penser vivre l’un des mouvements sociaux français les plus importants de notre histoire .Même si différents pays du monde, tels que l'Allemagne, le Brésil, l'Italie, la Tchécoslovaquie et le Japon ont connu en ce printemps de 1968 plusieurs manifestations estudiantines ,c’est bien la France qui va connaître la plus  grande révolte étudiante, et la plus grande grève générale depuis 1936.

Nous, jeunes étudiants nous condamnions déjà

-l'impérialisme nord-américain face à l'atrocité de la guerre du Vietnam.

- la dégradation des conditions d’accueil et le manque de place dans les universités par exemple.

-la rigidité du pouvoir en général (absence de mixité dans les écoles, système des diplômes injuste, absence de libertés individuelles...la sélection.

- la société de consommation dans son ensemble.

- la situation de guerre froide entre les grands blocs capitalistes et  communistes au mépris des idées anti-nucléaires chez les jeunes.

- l’opacité de l'URSS quant à l'existence des goulags.

- la rigidité du Vatican face à la contraception.

Nous, jeunes travailleurs nous condamnions déjà, après la période euphorique des "30 glorieuses" de  reconstruction de la France, la détérioration de la situation économique, la montée du chômage et la baisse des salaires (les plus bas de la CEE)...

Dès 1967 et début 1968, les ouvriers font déjà des grèves et occupent des usines.

 

« …sous les pavés, la plage »

Paris puis les grandes villes régionales et la province sont touchées par les grèves et manifestations actives.

Le 26 mai, jour de l’ anniversaire de mes 21 ans, on dénombre neuf millions de grévistes (6 millions en 1936). Une grève générale paralyse la France en touchant tous les secteurs (pénurie d'essence, téléphone, agriculture, lieux culturels...).

Le 27 mai : les accords de Grenelle (négociations organisées par Pompidou) sont signés.

Le 29 mai : De Gaulle part en Allemagne pour y rencontrer le Général Massu.

Le 30 mai : il dissout l'Assemblée Nationale.

Une marche a lieu pour soutenir le Président et protester contre ce mouvement social.

Mi-juin : la Sorbonne est évacuée. Le travail reprend presque partout en France.

Le 30 juin : victoire des gaullistes aux élections législatives.

 

« … la base doit emmener la tête »

S’en suit une période euphorique louant les augmentations de salaire, de congés payés mais aussi le souffle nouveau socioculturel de valorisation de l'individu, de sa créativité, refus de l'autorité, libération sexuelle avec l'arrivée des contraceptifs, du mouvement féministe MLF, (qui permettra plus tard en 1975 la loi sur l'avortement), dénonciation des régimes communistes. A  l'école, l'enfant peut désormais s'exprimer et participer aux décisions. A l’église, on constate une diminution du nombre de pratiquants. Les Français adoptent progressivement une position critique à l'égard de la politique et s’éloignent aussi du militantisme politique. A l’issue du référendum perdu sur la régionalisation, la décentralisation des lieux de décisions et la modification du rôle du Sénat, le général De Gaulle quitte le pouvoir.

Mai 68 c’est l’ouverture brutale de la culture française au dialogue social et médiatique. C'est une étape importante aussi dans la prise de conscience par notre Société du phénomène de  mondialisation de notre économie et des problématiques écologiques ;

 

À y bien regarder il manque encore ce merveilleux projet partagé !

 

 

Avec mai, c’est bien l’expression de GARDER LE CAP qui convient

……… pour bâtir UNE  FRANCE  NOUVELLE

 

Restons optimistes sur la vision partagée d’une Union Européenne forte diplomatiquement sinon la sanction sur notre économie sera immédiate et maximale, dixit D.Trump et on ne nous dit pas tout.

A bientôt, en juin, pour en reparler.                                              

                                                                                                                           Jacques Morand

 

 Puisque vous en êtes arrivés là dans votre lecture…

  Vous pouvez revoir

- Toutes les infos mensuelles depuis janvier 2018

-  Le Compte Rendu de l’Assemblée Générale 2017

Sur www.jacquesmorand.fr

Rubrique Le Périgord en Action

 

  Vous pouvez penser à adhérer et faire adhérer -10 Euros

Chèque bancaire uniquement à l’ordre de l’Association Le Périgord En Action

Adresse :Les Lavandes De Crabidou 24220 Castels et Bézenac

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce message, ainsi que les pièces jointes, sont établis, sous la 
seule responsabilité de l'expéditeur, à l'intention exclusive 
de ses destinataires ; ils peuvent contenir des informations 
confidentielles. Toute publication, utilisation ou diffusion 
doit être autorisée préalablement.