PEAhydrogen2

Un train nommé …DESIR…

 

 

IL Y VA FORT notre Michel Delpon national ; en plein rapport SPINETTA notre nouveau Jules Verne de l’hydrogène vient à lui tout seul de  trouver un nouveau débouché à la viticulture bergeracoise pour 2118 :

Faire fonctionner son train à hydrogène sur la liaison Sarlat-Bergerac-Bordeaux .C’est cher, très cher, mais ce n’est pas grave ; en termes de prospectives il faut voir loin pour établir les équilibres économiques des projets. Les contribuables départementaux locaux sont et serons là pour payer. Bref !

Il s’agirait d’une extension du procédé de vaporeformage du méthane (CH4) issu des mous après vendanges et soutirages.

Cette technique de production d’hydrogène s’apparenterait au processus industriel le plus utilisé aujourd’hui, même si elle reste fortement émettrice de CO2. Cette technique simple consiste à « casser » la molécule de méthane en présence de vapeur d’eau. Elle est sans grand intérêt énergétique car le CH4 est déjà un combustible, et n’est destiné qu’à fournir l’industrie. Le rendement est bon (70 %), mais la réaction chimique dégage environ 10 kg de CO2 par kg de H2 produit.

Mais tout cela, notre Député le sait : la production d’hydrogène dé carboné reste d’un coût très élevé et l’hydrogène n’existant que peu à l’état naturel, il faut, avant de l’utiliser, commencer par dépenser de l’énergie pour le produire en dissociant les molécules dans lesquelles il est contenu. C’est ce qu’il fait…

Notre Député Michel Delpon a saisi le Ministère de l’écologie pour que de nouveaux projets de R&D cherchent à produire de l’hydrogène dé carboné par le fameux SMR 5 Small Modular Reactor, nouvelle génération de mini réacteur atomique. Ces réacteurs au thorium –sous produit de l’uranium-utilisent leur très haute température de fonctionnement, 1000°C bien supérieurs aux 350°C des réacteurs actuels, pour produire de l’hydrogène en crackant (dissociation thermique) de l’eau ou le fameux CH4. C’est la centrale énergétique …du siècle suivant, XXIIème de nom.

A terme, cette Centrale à vocation «  hydrogénique » pourrait se substituer par auto transformations successives à celle du Blayais qu’il faudra bien fermer un jour !

Des vignes du Bordelais au Bergeracois, des éoliennes entre chaque rang, des panneaux solaires sur les chais, le SMR 5 de continuité et de l’hydrogène propre dans les moteurs (des locomotives), la boucle est bouclée.

Il y avait bien le CAPITOLE, train JUPITÉRIEN, il y aura bien le train DELPON .

Pour prendre un rail … !