PEAFevrier2018

Association  Le Périgord en Action

                                                                                                                     RNA :w244003111

 

Notre projet : Comprendre-Expliquer-Construire

*******************************************************************************************************************************************************************************

 

Info janvier/ février 2018

 

Mois des débordements et des crues

 

Février, on commence par un petit débordement européen ,côté allemand

E.Macron sera t-il débordé par la gauche sociale libérale allemande (SPD), peut-être ?

Il s'est néanmoins réjoui de l'accord conclu par A.Merkel avec ses opposants –SPD donc -  sans doute parce que cette alliance  sert ses ambitions européennes. Dans son discours à la Sorbonne, E.Macron avait multiplié les propositions de réformes de l'Europe (de la défense à la fiscalité, en passant par l'innovation et l'immigration) avec comme moteur le couple franco-allemand. Des projets difficiles à mener avec la seule A.Merkel ( CDU/CSU) droite libérale conservatrice, qui sans rejeter intégralement les propositions du Président, se montrait moins enthousiaste que son rival social-démocrate, M.Schultz .Ce dernier défend l'idée fédéraliste d'Etats-Unis d'Europe" , l'idée ,aussi ,d'un Fond monétaire européen ,type FMI pour contrôler et endiguer les déficits des pays membres , tout comme celle d'une meilleure intégration européenne dans les domaines de la défense ou de la politique d'immigration. Autant d’idées qui vont bien au-delà du discours d’E.Macron !

 

Février, on poursuit par un autre débordement européen, côté anglais

 

E.Macron est à Calais…  «En aucun cas nous ne laisserons ici se reconstituer une jungle ou une occupation illégale du territoire, a mis en garde le chef de l'État. Calais n'est pas une porte d'entrée dérobée vers l'Angleterre a-t-il lancé aux forces de sécurité réunies devant lui pour l'écouter …«Votre mission est hors norme car la situation est hors norme sur ce territoire (…). Je ne laisserai personne caricaturer votre travail».

Yann Moix, écrivain Prix Renaudot, voit rouge…  "Soit les forces de l'ordre obéissent à des ordres précis, et vous êtes Mr le Président, impardonnable ; soit les forces de l'ordre obéissent à des ordres imprécis, et vous êtes incompétent. Ou bien les directives sont données par vous, et vous nous trahissez ; ou bien les directives sont données par d'autres, et l'on vous trahit"…ambiance !

En bref il faut revoir les accords du Touquet : Messieurs les Anglais, tirez les premiers !

 

Février, comment E.Macron aborde la Corse ?

1 - Par une fin de non-recevoir condescendante aux revendications des élus corses nationalistes, sauf une très symbolique inscription de la Corse dans la Constitution lors de la prochaine révision constitutionnelle. Rejetées, donc :

-la création d’un statut de résident corse (contraire à la Constitution et au droit européen).

-l’officialité de la langue corse : République = langue officielle, le français, même si le bilinguisme doit être pleinement reconnu.

-l’amnistie pour les prisonniers « politiques ».

2 - Par un rappel de la prééminence de l’Etat, en Corse, « comme dans les autres territoires » : la sécurité, la santé, l’accès au numérique et à la téléphonie mobile, l’économie, le logement. Une manière de défendre sa vision d’une Corse « dans la République ».

Beaucoup de déception pour les autonomistes régionalistes.

 

Février, mois de la St Valentin ?

OU comment E.Macron désenchante la Cour des Comptes

 

La Cour des comptes

-        A aimé que sur le très délicat et très explosif dossier des comptes publics, le déficit soit au vert pour 2017 sous la fameuse barre des 3% de P.I.B. C'est le résultat des mesures de freinage des dépenses prises dès la mise en place du gouvernement.

-        Constate en même temps que ce résultat tient à 3 facteurs externes : l'amélioration de la conjoncture, qui a généré 8 milliards de recettes inattendues ; la fameuse "cagnotte" (la réduction du chèque de la France au Budget de Bruxelles) ; et la baisse des intérêts versés au titre de la dette.

-        Nuance de gris les promesses de baisse des dépenses publiques, en particulier celles des dépenses de fonctionnement des collectivités locales. Ce n’est pas gagné … 

Pour s'assurer d'un résultat correct  en 2018/2019 la Cour mise déjà sur des recettes supplémentaires. Avec deux hypothèses : celles (vertueuses) d'une forte croissance ; ou celles (douloureuses) du recours à la fiscalité. Aïe !

Encore trop d'angles morts et de faiblesses structurelles pour un Valentin jupitérien qui nous aimerait mieux en baissant nos impôts ;
Encore trop de fragilités -dans les hypothèses de réduction des dépenses, -sur le coût de notre dette (on va emprunter 200 milliards cette année),-sur le déficit commercial meurtrier ( 62,3 milliards d'euros ).

 

 

Avec Février, décidemment, il y a bien le scotch de l’amélioration du pouvoir d’achat, promise et re-promise dans le contrat avec la Nation qui va coller au Président

……… pour bâtir UNE  FRANCE  NOUVELLE

 

Restons optimistes. A bientôt, en mars, pour en reparler.                        Jacques Morand

 

Revoir dans le carrousel

-Info décembre 2017/ janvier 2018

-Compte Rendu de l’Assemblée Générale 2017

Ce message, ainsi que les pièces jointes, sont établis, sous la seule responsabilité de l'expéditeur, à l'intention exclusive de ses destinataires ; ils peuvent contenir des informations confidentielles. Toute publication, utilisation ou diffusion doit être autorisée préalablement.