PEA1janvier2018

Association  Le Périgord en Action

                                                                                                                     RNA :w244003111

 

Notre projet : Comprendre-Expliquer-Construire

******************************************************************************************************************************************************************************

 

Info Janvier 2018

 

C’est un moment paradoxal.

Nous sommes en Dordogne et nous revendiquons à la fois le mode de vie des gens qui profitent des bonnes choses de la table, du partage de la route (avec un taux d’accidents mortels important), de l’esprit d’équipe dans le travail (quand il y en a, du travail) et le mode de vie de ceux qui râlent quand les contraintes deviennent trop gênantes pour bien profiter du premier.

 Janvier, c’est le premier mois de l’augmentation de la fiscalité des produits énergétiques, en particulier des carburants. Elle est revue à la hausse au triple titre de la montée en charge de la taxe carbone, de la réduction du différentiel –diesel/essence - et de la hausse tendancielle des prix du pétrole. Les prélèvements sur le tabac quant à eux ont déjà augmenté en novembre 2017 dernier en attendant les hausses de mars.

 Janvier, l’annonce a été faite de la limitation à 80 km/h de la vitesse sur nos routes départementales ; cette décision est présentée comme conjoncturelle alors qu’elle était en préparation depuis près de 3 ans et non reprise dans le programme du candidat E.Macron. Les Périgourdins doivent s’y préparer dès maintenant ; la Préfète de la Dordogne a bien précisé que les moyens de contrôle étaient là. A partir de juillet, de toute façon avec les touristes, les véhicules lourds ou engins agricoles et les camping-cars on sera en dessous ; sauf à se faire encore plus flasher pour les doubler…

Janvier, c’est le mois du bulletin de salaire avec la hausse de la CSG de 1.7% et la suppression des cotisations sociales pour la partie maladie et chômage. C’est le moment tant attendu par notre Président où chacun devrait voir –ENFIN- une première mini augmentation du salaire net payé, sauf pour les retraités et les fonctionnaires. Malheureusement, il semble que ce réel bonus salarial soit d’ores et déjà mangé par les dépenses incontournables annoncées ci-dessus ; une deuxième et dernière mini augmentation aura lieu en octobre.

Janvier, démarre le budget 2018 dans la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages, qui sera effectuée par tiers, avec « un premier tiers 2018 »et  la perspective en 2020 d’une réforme en profondeur qui permettra de supprimer cet impôt pour la totalité de nos concitoyens »

 

Bruno Le maire l'a martelé ce vendredi 12 janvier 2018 sur RMC et BFMTV: "Il n'y aura pas de nouvel impôt durant le quinquennat", suite à la déclaration intempestive de Jacqueline Gourault sur le financement des collectivités locales. (Je me délecte déjà de parler avec vous de ce sujet particulièrement sensible en Dordogne, qu’il s’agisse des budgets du département, ou des budgets communautaires et communaux)… !

 

Bref, les Périgourdins, pour l’instant mangent la galette et se congratulent de bons vœux ; il n’en reste pas moins que ce budget 2018 reste calamiteux et que ,même s’ils ne paient pas de « nouvel » impôt ,ils vont payer comme on l’a vu ,plus d'impôts en 2018, sous d'autres formes: taxes écologiques, taxes sur le gasoil, taxes sur le tabac, augmentation de la CSG (pour les retraités) ...voire des taxes foncières.

 

Ceci étant, on peut comprendre cette inertie toute relative et temporaire de nos concitoyens, quand on sait  que plus de 6 ménages sur 10 échappent à l’impôt sur le revenu ,que les 80% des périgourdins exonérés progressivement de taxes d’habitation n’acquittent que 45 % du total (c'est-à-dire que les 20% non exonérés vont continuer à en  payer le reste durant 3 ans  ) ;viendra ensuite la transformation de l’ISF en impôt sur l’immobilier mais qui ne jouera qu’au moment de son paiement, à partir du deuxième trimestre 2018.

 

Sur l’ensemble de l’année, selon l’INSEE, personne n’échappera à une baisse de pouvoir d’achat comprise, en moyenne annuelle, entre 0.2 et 2 % selon les catégories sociales si l’inflation reste autour de 1%.

 

Avec Janvier, décidemment, on part de loin dans le contrat présidentiel d’Emmanuel Macron avec la Nation

……… pour bâtir UNE  FRANCE  NOUVELLE

 

Restons optimistes. A bientôt, en février, pour en reparler.

 

Le président,

 

Jacques Morand