PREM2

WATCH-DOG , la nouvelle montre du Président

 

Le terme "watchdog" est une notion informatique qui signifie protection, surveillance : " watchdog, est un logiciel numérique qui s'assure qu'un ordinateur ne reste pas bloqué à une étape particulière du traitement qu'il effectue. "

C’est aussi un jeu dans lequel le leader contrecarre ses protections informatiques pour espionner les gens et hacker les récalcitrants. Son but n’est pas de nuire à la population, mais bel et bien de la protéger de menaces diverses liées aux périodes d’élection à venir...

 

La candidature de Christophe Castaner à la tête de La République en marche est imposée par Emmanuel Macron, préférée à celle de Benjamin Griveaux pour le poste.

Un procédé qui inquiète aussi bien les opposants politiques, les proches de la majorité et la majorité elle-même à l’assemblée Nationale

Mercredi, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner lève le secret et  annonce sa candidature pour prendre la tête de La République en marche.

L’exécutif et le parti sont formels: Christophe Castaner n’est pas encore élu, et ne le sera pas avant le vote du conseil national du parti le 18 novembre…Oups !

Outre l’expression d’une préférence présidentielle, le processus agace, et pas que chez les opposants.

 

Toujours aucune place pour le vote militant

 

Le vote du conseil national ne laisse finalement que peu de place à l’expression des militants: le "parlement" du parti est composé de 75% de membres de droit (élus, membres du gouvernement, référents départementaux) et de 25% de militants tirés au sort.

Nombre de députés du groupe LaREM à l’Assemblée craignent également la main-mise de

C. Castaner sur les élus s’il garde son poste de secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement. En effet, le ministre chargé des Relations avec le Parlement est là pour tenir les députés de la majorité. Si en plus C.Castaner, désigné par E. Macron, dirige le parti, le groupe et le parti sont de fait totalement caporalisés.

Un système qui donne du grain à moudre aux détracteurs de La République en marche, d’autant plus qu’ Emmanuel Macron pourrait aussi fournir la liste des membres du bureau exécutif qui sera élu le 18 novembre.

 

 LaREM ombre d’E. Macron, pour Macron

 

Le Mouvement –En Marche- n’a eu qu’une existence fugace avant de participer à l’élection d’E.Macron à la Présidence. Si le Président E.Macron souhaite une base solide pour préparer une éventuelle réélection en 2022 ,il lui faudra une assise électorale autrement plus étendue que le plat de la godille La REMienne pour faire avancer le bateau France ou la montre du président.

 

www.jacquesmorand.fr