P1030275

 

Les coulisses d’une visite très réussie

Vive le Périgord

… et venir titiller la fibre radicale du Périgourdin n’a pas déplu à Jean Marie CAVADA en ce jeudi 7 avril 2016.

La date n’est pas neutre puisqu’au lendemain du lancement officiel du mouvement «En marche» le 6 avril à Amiens, par  Emmanuel Macron .

Jean Marie Cavada  ne s’est pas dérobé, bien au contraire, pour positiver sur cet avènement providentiel. Usant de la métaphore aéronautique de son ami et Périgourdin sarladais Michel POLACCO , pilote comme lui ,il a pu affirmer qu’il n’est nul vent favorable ,qu’il vienne de droite ou de gauche ,pour qui ne sait où il va. Alors  E.M.où va-t-il ?

Il n’a pas parlé du Centre .On peut supposer qu’il ne s’en réclame pas  et qu’il ne se définit pas non plus comme «central» (sic) à l’instar d’un Alain Juppé qui  brouille les cartes sur son réel positionnement politique.

Pour l’heure, son écho radar est faible : serait-il trop petit comme feu Michel Jobert ou serait-il furtif comme François Bayrou, plus récemment ?

En tout cas, il est libéral selon la définition du philosophe John Rawls, soit un positionnement au centre-gauche avec des idées neuves.

Si l’on parle de gauche, de droite et de centre depuis la Révolution française, c’est uniquement pour définir les orientations politiques de chacun selon une convention de langage qui vaut ce qu’elle vaut mais qui permet de signifier une pensée, des idées, un projet ou un programme politiques et celui ou ceux qui les portent.

Jean Marie  et Emmanuel sont dans le même couloir de changement de cap. Mais cette situation ne peut être que transitoire pour se consolider sur un Centrisme assumé.

Pour le bon radical périgourdin, électeur, vouloir s’extraire de la grille de lecture classique ne permet pas de faire son choix en tout bon  sens et toute compréhension.

En Périgord comme « ailleurs » tous ceux qui n’ont pas voulu ou su assumer leur positionnement politique ont souvent fini dans les oubliettes beaucoup plus vite qu’ils ne l’avaient craint.