photoblog gc 10

Décision de mise en chantier de la déviation de Beynac :

Mauvaise pioche pour le Président du Conseil Départemental

 

GENERATION CITOYENS  SIGNE LA PETITION CONTRE CE PROJET

 

Nous, citoyens du Périgord devons reprendre en main la chose politique, pour essayer de redresser l'essentiel de ce projet, sans esprit partisan, sans posture défensive .La prise de décision  dans l’accomplissement de tel chantier ne peut s’affranchir d’une totale honnêteté intellectuelle, du respect des processus démocratiques  et surtout d’une parfaite maitrise du volet financier.

C’est toujours difficile d’être prophète en son pays. Dans l’Imaginaire collectif s’élèvent des ponts qui surplombent le gouffre des Enfers et qui permettent aux prophètes et à ceux qui les écoutent d’atteindre peut-être, les portes du Paradis de la Gestion Territoriale.

 

Notre Président Départemental s’apprête à emprunter ces ponts, ces routes et ces tunnels, mais rien ne lui garantit aujourd’hui qu’il puisse les franchir.

En tout cas, il ne passera pas sans nous rendre des comptes à nous, citoyens ; sinon, la sanction viendra par le vote.

Des comptes sur l’utilité du projet, sur le coût du projet, sur l’opportunité du projet.

 

-Cher Président, vous êtes aujourd’hui sur le premier pont et sans doute la première question est-elle celle du coût de l’opération fixé initialement à 30 millions d’euros mais qui va très rapidement dériver vers les 40 millions voire plus !

Comment financer sans puiser encore une fois dans les délices de la dette, dans les délices de l’augmentation des impôts, dans la fuite en avant sans repère, sans contraintes, sans limites.

Les «  revenus » du Département sont en baisse au rythme des dotations de l’Etat !

Les impôts ont atteint des sommets et vous les augmentez encore, non pas pour investir mais pour éponger d’autres dettes !

 

Pourquoi ne pas apprendre à gérer en bon père de famille ? Pourquoi renoncer en ce début de mandat à une gestion raisonnée des fonds publics ? Pourquoi plomber encore les générations suivantes ?

 

-Cher Président Un deuxième pont ? Qu’est-ce  qui pourrait vous retenir ?

-Peut-être, l’inutilité flagrante de cette construction qui n’apporte plus aucune solution aux problématiques de circulation relevée autrefois. Le pont routier SNCF de Vézac a été surélevé, les travaux d’élargissement de la traversée de Beynac sont en cours et pour les transports exceptionnels, un tracé est désormais viable par « les coteaux» à partir de St Cyprien. En 2020, quelle importance peut avoir ce bout de bitume, ces quelques minutes d’utopie d’autoroute pour retomber quelques kilomètres plus loin dans la médiocrité de notre réseau…les besoins d’amélioration en Sarladais sont immenses car toujours reportés sous la gestion précédente.

 

-Cher Président, vous voulez encore aller plus loin. Outre les ponts, c’est un tunnel que vous voulez creuser, peut-être pour enterrer tous les aspects négatifs qui ressortent de l’étude d’impact du projet dans son environnement ; en particulier, les nuisances visuelles et sonores, les phénomènes météorologiques -brouillards, inondations- et inévitablement l’archéologie, omniprésente dans ce territoire.

 

Pourquoi ne pas reprendre ce projet dans une vision plus large englobant concrètement les problématiques départementales d’aujourd’hui ? L’accès rapide aux Centres de soin, l’accès aux gares, aux aéroports, aux autoroutes…tachez de proposer des solutions pour les vrais difficultés telles les situations de contournements de Lalinde par Couze, du Bugue…terminez au moins celle de Sarlat ;

Sinon l’Enfer sera toujours là sous vos pieds rendant le fardeau d’autant plus lourd que vous n’aurez pas su convaincre sur la véritable opportunité du projet :

Tout le monde s’est réjoui du label de site majeur d’Aquitaine qui a été donné à ce secteur. Une dégradation de telle ampleur du paysage, malgré les efforts architecturaux d’intégration routière et d’arborisation représente une réelle agression pour l’un des plus beaux sites de France. Par ailleurs, la place prépondérante de l’agriculture de plaine dans cette composition postule une attention particulière et un soutien sans faille à la profession  (élevages, industrie agro-alimentaire locale…entretien des terres et bois dans le cadre de la transition écologique en cours). Ces activités  se transforment et sont dans l’obligation de développer encore les appellations géographiques protégées. Pourquoi venir perturber tous ces projets innovants ?

Cher Président, s’il devait y avoir une certaine priorité à la vitesse ou à l’accélération caractéristiques de ce nouveau siècle ce serait de choisir d’autres types d’investissement bien plus porteur pour le développement économique, la défense de nos entreprises, de notre artisanat et de notre emploi. Quitte à mener des grands projets voyez plus grand sur l’accès au Numérique Haut Débit ; tentez des expériences dans la Médecine à distance, dans la transition énergétique …: toutes ces actions iront bien plus et bien mieux vers le désenclavement de notre Sarladais que n’importe quel mécano routier. Elles seront en tout cas à notre portée budgétaire .N’oublions jamais la situation financière catastrophique de notre Département

MONTANT DE NOTRE DETTE - 400 millions d’Euros ; soit 100% du budget annuel !

SERVICE DE LA DETTE – 40 millions d’Euros de remboursement par an ; soit un Beynac perdu tous les ans ! Alors…

 

L’ENFER EST PAVE DE BONNES INTENTIONS