photoblogudi52

LES PRIMAIRES LR A BERGERAC AVEC ALAIN BRESSY

mercredi 2mars 2016 -salle de l'Orangerie (3,rue Lakanal)-19h

 

UN JUGE POUR SOUTENIR ALAIN JUPPE FACE A P.BISMUTH(*)

*Paul Bismuth (le pseudo utilisé par Nicolas Sarkozy pour sécuriser certaines conversations avec son avocat)

Tout Président de la République, élu au suffrage universel, est le garant de l'indépendance judiciaire. C'est cette corrélation avec le suffrage universel qui donne sa légitimité à la justice et permet au juge de se prononcer « au nom du peuple français ».

L'autogestion du monde judiciaire, souvent caressée par A.BRESSY élude cette question de la légitimité. Mais le débat perpétuellement recommencé doit continuer :

 -La vraie question : comment rendre confiance aux juges et comment amener la société à leur faire confiance ?

Les juges ont les moyens juridiques et statutaires de leur indépendance. Leur trouble vient  de leur faible rémunération, de la faible considération qu'on leur porte. Voilà pourquoi beaucoup ont tendance à baisser les bras, et pourquoi quelques-uns se conduisent comme des shérifs.

-justice de droite, l'institution judiciaire serait l'instrument du conservatisme et protégerait ce qui existe. Cet à priori légitimerait n'importe quelle intervention.

-justice de gauche, la justice devrait respecter le droit, mais en l’accommodant d’un rôle social.

Nous devons regagner le terrain perdu au plan de la morale.

Les protagonistes concernés, A. Juppé, N.Sarkozy, C.Taubira…se castagnent dans l’hémicycle ou ailleurs :

Si Christiane Taubira ne porte pas vraiment Nicolas Sarkozy dans son cœur, Alain Juppé ne trouve pas non plus grâce à ses yeux… "Depuis qu’Alain Juppé est entré dans la course à la primaire, il s’écorche et s’écorne", disait-elle.

A.Juppé de répondre…« la politique pénale de Taubira est une catastrophe»

Quant à N.Sarkozy…son parti LR est tellement désossé, desséché qu'il n'y a plus de débat, il y a juste un facteur fédérateur... cogner, et cogner encore sur Taubira,ou autres , pour rassembler et exister à droite».

 

A.Juppé, citant sa propre condamnation dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, a demandé …Qui juge de tout cela, qui donne une seconde chance? Ce sont les Français, a-t-il considéré, avant d'espérer qu'il y ait «au moins 3 millions de votants» lors de la primaire des 20 et 27 novembre prochains.

Si c'est 500.000, M. Bismuth a toutes ses chances.

Si c'est 3 millions, j'ai toutes mes chances .