photoblog150

• Changer le système politique français 

Changer de toute urgence la pratique politique en interdisant les cumuls, en sanctionnant les malhonnêtetés, en écartant les intérêts croisés, en punissant l’absentéisme, en développant le référendum d’initiative populaire et pas uniquement d’initiative étatique :

- interdire tout cumul de mandat.

-limiter les mandats dans le temps.

-réduire le nombre des parlementaires et certains de leurs avantages.

-réduire drastiquement le mille-feuilles territorial et le nombre d’élus concernés.

-imposer un nombre restreint de ministères.

-introduire une dose de proportionnelle dans toutes les élections, avec prime majoritaire.

• Installer une démocratie semi-directe dans notre pays 

Le premier parti de France se nomme « les abstentionnistes ». Le deuxième parti de France, les extrémistes. Le troisième parti de France, tous les autres. L’ampleur des ruptures nécessaires à notre redressement suppose :

Une lucidité implacable dans l’évaluation et l’analyse de la situation,

Un réalisme absolu dans la recherche des solutions,

Un personnel nouveau au volontarisme total pour redresser le cours de notre destin.

Tous les pays qui s’en sortent bien se sont imposés des réformes depuis une vingtaine d’années, parfois même des changements drastiques. A l’exemple du dernier d’entre-deux, l’Allemagne qui s’est engagée avec force dans l’avenir. La France subit toujours la lourdeur de son passé, reste sourde à son présent, et n’ose ouvrir les yeux sur son avenir. Dans l’état d’usure, de déconsidération, quand ce n’est pas du mépris, de sa classe politique, on ne peut plus compter que sur une mobilisation massive et exigeante des citoyens français pour créer l’élan politique nouveau indispensable au futur des jeunes, à la stabilité de nos ainés. Nous refusons de penser que la France est une population épuisée et vieillotte. C’est un pays talentueux dans un système rouillé. La France a besoin de respirer avant de s’élancer.

• mettre en œuvre les réformes

Depuis 40 ans, la France s’est droguée à l’endettement. Et comme toutes les drogues, sa consommation appelle plus de drogue, de plus fortes drogues. Résultat à ce jour : 2020 Milliards d’Euros d’endettement sur les marchés financiers mondiaux. Nous ne faisons pas de l’endettement l’alpha et l’oméga d’une politique moderne : les Etats-Unis sont bien plus endettés que la France, mais c’est un pays dont la monnaie a su s’adapter à la mondialisation, et qui est une référence car les Etats-Unis sont une puissance militaire « gendarme de la planète ». La toxicomanie publique française n’a même pas servi à moderniser notre pays. Elle a calfaté des appareils, des corps intermédiaires, un système de gouvernement totalement dispendieux, une organisation des pouvoirs de décisions politiques françaises ruineuse. Résultat : Quand le monde connaît la croissance, quand celle de l’Europe refleurit, la croissance française béquille et le chômage est un cancer intraitable diffusé dans la société :

 

 

 

 

 

 

- Entamer un mouvement de décroissance de l’endettement public :

Doter les agglomérations ou com.com de pouvoirs nouveaux

Transformer les départements en maisons publiques de services à la disposition des Citoyens

Soutenir les Régions,

En séparant clairement l’exécutif du législatif régional, les deux fonctions étant actuellement confondues dans une seule et même enceinte.

En nouant bien plus qu’avant des relations bilatérales avec d’autres Régions ou Pays d’Europe et du Monde.

En exigeant un contrôle exercé par des Chambres Régionales des Comptes de pleine autorité.

 

 

- L’Europe

 

On ne peut pas concevoir le redressement de la France sans engager la poursuite de la construction européenne. Les deux sont gigognes et si l’Europe boite actuellement, c’est parce que la technocratie à coup de normes ou règlements s’est emparée du vide que l’affaiblissement du couple franco-allemand a créé. Et dans ce couple, la voix de la France n’égalera celle de l’Allemagne que lorsque nous aurons redressé notre pays. L’écart des balances commerciales est de 200 millions d’Euros.

 

- L’Economie et le Social : la Grande Rupture

 

La rigidité du contrat social prétendant protéger le « capital travail » appauvrit progressivement le pouvoir d’achat des salariés, précarise leur avenir, et ne peut rien contre un chômage dangereusement endémique, parmi les plus importants des états membres européens.