compte à rebours-semaine S-19 pour les Régionales

TRAVAILLER PLUS ET …GAGNER MOINS !

 

TRISTE BILAN POUR L’AGRICULTURE

 

 

 DE NOTRE GRANDE REGION

 

Malgré une production en hausse, les revenus de nos agriculteurs  sont de nouveau en baisse en 2014 et vont chuter encore en 2015.

Entre autres causes : la tendance baissière des marchés de matières premières agricole, la réforme de la P.A.C. (politique agricole commune adoptée par la Commission Européenne)…mais aussi  le peu d’implication régionale antérieure pour soutenir les agriculteurs face à la grande distribution . 

Comme chaque année, l’Insee  livre ses calculs de revenu moyen des agriculteurs français. Ceux du Grand Sud Ouest sont dans la moyenne.

Ce revenu s’inscrit à nouveau à la baisse, après un plongeon en 2013. En deux ans, le recul du revenu moyen d’un foyer d’agriculteurs est de l’ordre d’un tiers pour se situer autour de 25000 Euros ; et encore ces moyennes ne reflètent pas la très grande disparité de situation des fermes, d’autant qu’un tiers des exploitations françaises jugées « trop petites » ne sont plus prises en compte dans les calculs.

Pourtant notre Grande Région a des atouts :

Près de 200 000 emplois et plus de 100 000 exploitations.

Chiffre d’affaires annuel avoisinant les 10 milliards d’euros pour l’ensemble des filières (vitivinicole, maïsicole, fruits et légumes, bovins, palmipèdes gras, lait et produits laitiers…).

Agroalimentaire, premier employeur industriel, avec près de 50 000 salariés et plus de 5000 entreprises. Son chiffre d'affaire (hors secteur vin) est de près de 10 milliards d'euros par an.

Mais le pire n’est jamais sûr ; pour paraphraser Edgar Morin « plus les choses s’aggravent, plus la prise de conscience s’éveille. »

Il faut un nouvel élan dans les compétences confirmées des grandes Régions et flécher les vrais projets hors des clientélismes partisans :

 *Installation de nouveaux agriculteurs

 *Valorisation d'une agriculture durable et respectueuse de l'environnement

 *Stimulation de l'agriculture biologique et des circuits courts

 *Développement d'une politique de qualité pour chaque filière

 *Développement de l'agritourisme

 *Aménagement du territoire de montagne avec une agriculture accompagnée

 *Compétitivité des entreprises agroalimentaires

 *Accompagnement des exploitations forestières respectueuses de l'environnement

  *Développement de la pêche et de l'aquaculture

  Dans tous ces domaines, la Grande Région est la plus proche des problématiques   locales.

   L’expérience aidant force est de constater que la loi NOTRe avec l’appui du   nouveau  Sénat a  mieux délimité les compétences et les responsabilités réciproques de  l'Etat et de ses Régions.

 Par ailleurs, dans la réforme de la Pac, les gouvernements français premiers négociateurs (2011 déjà) avaient pris les devants dans cette loi, confiant aux  nouveaux Conseils Régionaux le rôle d'autorité de gestion des fonds du deuxième pilier de la Pac affecté au développement rural pour

-améliorer la compétitivité de l'agriculture et de la »foresterie »,

-renforcer les liens entre l'activité primaire et l'environnement,

-améliorer la qualité de vie dans les zones rurales,

-stimuler la coopération et l'innovation et encourager la diversification de l'économie des collectivités rurales.

 La politique agricole et rurale joue un rôle de premier ordre dans la cohésion territoriale, économique et sociale des Etats et de l’Union, sécurité alimentaire d'une part, et dans la protection de l'environnement et du vivant, d'autre part.

 L’agriculture, l’industrie du bois, la pêche se caractérisent par ce lien étroit avec les ressources naturelles : l’agriculture est également le plus grand utilisateur d'eau, ainsi que le premier producteur de biomasse à des fins énergétiques. À côté des mesures de marché (premier pilier), la politique de développement rural (deuxième pilier) est devenue un élément essentiel d'un modèle agricole européen fondé sur la multifonctionnalité de l'activité agricole capable de créer de nouvelles sources de revenus et d'emplois, tout en protégeant l'héritage culturel, environnemental et patrimonial du monde rural.

C"est l'enjeu de notre nouvelle Grande Région

 

www.jacquesmorand.fr